L’art de la tribu Ndebele

La première collection d’Amahlé s’inspire de l’art de la tribu Ndebele. Mais qui sont les Ndebele ? Voici quelques mots pour découvrir l’art de cette tribu célèbre pour ses peintures murales, qui vit entre l’Afrique du Sud et le Zimbabwe.

L’art des femmes Ndebele

L’art Ndebele se retrouve essentiellement dans les peintures murales et le tissage des perles. Ces ouvrages sont exclusivement réalisés par les femmes, qui se transmettent leur savoir-faire de mère en fille.

L’art Ndebele est particulièrement stimulé par la cérémonie du Wela, qui marque le passage à l’âge d’homme pour les jeunes garçons Ndebele. A cette occasion, les femmes refont les enduits et les peintures des murs de leur maison.

Le tissage des perles

Le tissage des perles est le passe-temps favoris des femmes Ndebele, qui se retrouvent sous les arbres pour réaliser des ornements de perles qu’elle revêtent à l’occasion des fêtes rituelles.

IMG_9162-2 parure

 

 

 

 

 

 

 

 

Les femmes portent ces ornements pour les grandes occasions et n’en changent que lorsque leur statut social évolue, par exemple de jeune fille à femme mariée.

Les enfants Ndebele portent des perles avant de porter des vêtements ! Ils reçoivent à la naissance un simple rang de perles blanches, qui doit leur porter chance. Lorsqu’ils grandissent, on les pare de colliers et de bracelets de perles aux poignets et aux chevilles.

Photographies © Constance Stuart Larrabee
Photographies © Constance Stuart Larrabee

Les peintures murales

IMG_4014Lorsque les pluies estivales ont cessé et que le sorgho et le maïs sont moissonnés, la décoration murale commence. Les peintures murales révèlent la relation intime de la femme avec l’indlu (la maison).

Par le passé, les couleurs se limitaient à ce que les femmes pouvaient fabriquer avec les éléments à leur disposition. Par exemple, des bruns, ocres, rouges ou noirs issus de l’argile ou du charbon… mais aussi du bleu dérivé de la lessive ! Aujourd’hui, les femmes Ndebele se fournissent dans le commerce et utilisent des couleurs beaucoup plus variées et plus vives, qu’elles mélangent à de la terre pour créer des tons pastels.

Les femmes Ndebele composent leurs œuvres à main levée, directement sur le mur. Elles ne réalisent pas d’esquisse préalable, ne prennent pas de mesures et n’utilisent pas d’outil pour tracer les lignes !

Dans de nombreux cas, les artistes mêlent dessins abstraits traditionnels et représentations figuratives pour donner vie à un art unique, stylisé, qui associe éléments du passés et réalités du présent. Ainsi, les femmes puisent une partie de leur inspiration dans des objets du quotidien ou de la modernité : ampoules électriques, lampadaires, antennes, poteaux téléphonique, avions… font incursion dans les peintures, transformés par la vision et l’esprit créatif des artistes.

Le motif le plus répandu et le plus controversé est la « lame de rasoir » : ce motif revient fréquemment dans les tissages de perles et les décorations murales. Pour certaines femmes il s’agit d’une lame de rasoir, et pour d’autres il ne signifie rien du tout !
Le motif le plus répandu et le plus controversé est celui de la « lame de rasoir », que l’on trouve fréquemment dans les tissages de perles et les décorations murales. Pour certaines femmes il s’agit bel et bien d’une lame de rasoir, mais pour d’autres c’est un motif abstrait sans aucune signification.

Esther Mahlangu

Photographie © Travys Owen
Esther Mahlangu © Travys Owen

La plus célèbre des Ndebele est Esther Mahlangu, dont l’art mural a fait le tour du monde, du musée Pompidou en 1989 à Washington en passant par l’Allemagne, l’Australie, le Japon, l’Allemagne, et bien d’autres pays.

Esther Mahlangu a appris l’art de la peinture avec sa mère et sa grand-mère à l’âge de 10 ans. Aujourd’hui âgée de 81 ans, elle continue de peindre et dirige aujourd’hui une école pour enseigner aux jeunes filles la peinture et l’art du tissage des perles.

Parmi ses œuvres les plus célèbres figurent une « art car » réalisée pour BMW et un avion pour la British Airways en 1997. BMW a d’ailleurs réalisé un très beau petit film sur Esther Mahlangu et son art, que vous pouvez voir ci-dessous :

 

Images © Groupe BWW
Images © Groupe BWW

Pour en savoir plus sur la tribu Ndebele, vous pouvez consulter les magnifiques ouvrages Ndebele de Margaret Courtney-Clarke ou Ndebele de Sergio Carminata.