L’art de la tribu Ndebele

La première collection d’Amahlé s’inspire de l’art de la tribu Ndebele. Mais qui sont les Ndebele ? Voici quelques mots pour découvrir l’art de cette tribu célèbre pour ses peintures murales, qui vit entre l’Afrique du Sud et le Zimbabwe.

L’art des femmes Ndebele

L’art Ndebele se retrouve essentiellement dans les peintures murales et le tissage des perles. Ces ouvrages sont exclusivement réalisés par les femmes, qui se transmettent leur savoir-faire de mère en fille.

L’art Ndebele est particulièrement stimulé par la cérémonie du Wela, qui marque le passage à l’âge d’homme pour les jeunes garçons Ndebele. A cette occasion, les femmes refont les enduits et les peintures des murs de leur maison.

Le tissage des perles

Le tissage des perles est le passe-temps favoris des femmes Ndebele, qui se retrouvent sous les arbres pour réaliser des ornements de perles qu’elle revêtent à l’occasion des fêtes rituelles.

IMG_9162-2 parure

 

 

 

 

 

 

 

 

Les femmes portent ces ornements pour les grandes occasions et n’en changent que lorsque leur statut social évolue, par exemple de jeune fille à femme mariée.

Les enfants Ndebele portent des perles avant de porter des vêtements ! Ils reçoivent à la naissance un simple rang de perles blanches, qui doit leur porter chance. Lorsqu’ils grandissent, on les pare de colliers et de bracelets de perles aux poignets et aux chevilles.

Photographies © Constance Stuart Larrabee
Photographies © Constance Stuart Larrabee

Les peintures murales

IMG_4014Lorsque les pluies estivales ont cessé et que le sorgho et le maïs sont moissonnés, la décoration murale commence. Les peintures murales révèlent la relation intime de la femme avec l’indlu (la maison).

Par le passé, les couleurs se limitaient à ce que les femmes pouvaient fabriquer avec les éléments à leur disposition. Par exemple, des bruns, ocres, rouges ou noirs issus de l’argile ou du charbon… mais aussi du bleu dérivé de la lessive ! Aujourd’hui, les femmes Ndebele se fournissent dans le commerce et utilisent des couleurs beaucoup plus variées et plus vives, qu’elles mélangent à de la terre pour créer des tons pastels.

Les femmes Ndebele composent leurs œuvres à main levée, directement sur le mur. Elles ne réalisent pas d’esquisse préalable, ne prennent pas de mesures et n’utilisent pas d’outil pour tracer les lignes !

Dans de nombreux cas, les artistes mêlent dessins abstraits traditionnels et représentations figuratives pour donner vie à un art unique, stylisé, qui associe éléments du passés et réalités du présent. Ainsi, les femmes puisent une partie de leur inspiration dans des objets du quotidien ou de la modernité : ampoules électriques, lampadaires, antennes, poteaux téléphonique, avions… font incursion dans les peintures, transformés par la vision et l’esprit créatif des artistes.

Le motif le plus répandu et le plus controversé est la « lame de rasoir » : ce motif revient fréquemment dans les tissages de perles et les décorations murales. Pour certaines femmes il s’agit d’une lame de rasoir, et pour d’autres il ne signifie rien du tout !
Le motif le plus répandu et le plus controversé est celui de la « lame de rasoir », que l’on trouve fréquemment dans les tissages de perles et les décorations murales. Pour certaines femmes il s’agit bel et bien d’une lame de rasoir, mais pour d’autres c’est un motif abstrait sans aucune signification.

Esther Mahlangu

Photographie © Travys Owen
Esther Mahlangu © Travys Owen

La plus célèbre des Ndebele est Esther Mahlangu, dont l’art mural a fait le tour du monde, du musée Pompidou en 1989 à Washington en passant par l’Allemagne, l’Australie, le Japon, l’Allemagne, et bien d’autres pays.

Esther Mahlangu a appris l’art de la peinture avec sa mère et sa grand-mère à l’âge de 10 ans. Aujourd’hui âgée de 81 ans, elle continue de peindre et dirige aujourd’hui une école pour enseigner aux jeunes filles la peinture et l’art du tissage des perles.

Parmi ses œuvres les plus célèbres figurent une « art car » réalisée pour BMW et un avion pour la British Airways en 1997. BMW a d’ailleurs réalisé un très beau petit film sur Esther Mahlangu et son art, que vous pouvez voir ci-dessous :

 

Images © Groupe BWW
Images © Groupe BWW

Pour en savoir plus sur la tribu Ndebele, vous pouvez consulter les magnifiques ouvrages Ndebele de Margaret Courtney-Clarke ou Ndebele de Sergio Carminata.

Pourquoi Amahlé ?

On nous demande parfois: Pourquoi vous être lancées dans cette aventure ? Pourquoi ce choix de créer une marque de mode responsable et pourquoi cet ancrage africain ? Finalement, pourquoi Amahlé ?

Nous voulons ici partager avec vous ce qui nous a poussées à agir et ce qui nous motive chaque jour…

AMAHLÉ PARCE QUE L’AFRIQUE

Une source inépuisable d’inspiration et de créativité, entre tradition et modernité

Les arts et artisanats d’Afrique sont trop méconnus alors qu’ils recèlent une richesse extraordinaire. Foisonnants de motifs et de couleurs ou épurés à l’extrême, les styles africains sont multiples et représentent une source inépuisable d’inspiration. Chaque tribu possède son style propre et l’exprime à travers le travail de la perle, du textile, du bois ou d’autres matériaux. Bien que traditionnels, les objets africains portent en eux une incroyable modernité par l’intemporalité de leurs lignes graphiques.

1e5264fbd93c46058f73841133754351487be036529e2ba342fb1673cf904daf7853d777889f3c2903691d1691a87a04

71b3c81fe065443d489b373c0c4215f5

 

 

 

 

 

 

poule

Au-delà des traditions, L’Afrique révèle une jeunesse urbaine et créative qui réinterprète les codes traditionnels pour les moderniser et les adapter aux modes contemporaines. Artisans urbains qui recyclent canettes, sacs en plastique ou vieilles selles de vélo en de magnifiques objets plein d’humours, hipsters des quartiers branchés de Johannesburg, sapeurs congolais qui cultivent l’art de la S.A.P.E,… l’Afrique créative commence à peine à faire parler d’elle.

girl IMG_6560 clothes

 

 

 

Le berceau d’un savoir-faire unique au monde

necklaceLes perles de rocaille sont travaillées dans de nombreuses régions d’Afrique depuis leur importation par les Européens comme monnaie d’échange au 16e siècle. Cette ressource précieuse servait à réaliser des ornements uniques synonymes de puissance et porteurs de messages.

Depuis des générations, les femmes africaines se sont transmises le savoir-faire du tissage de la perle de mère en fille. Le travail de la perle est aujourd’hui encore très développé en Afrique du Sud, notamment au sein des tribus Zoulou, Ndebele et Xhosa.

Les sud-africains travaillent les perles pour réaliser toutes sortes d’objets, du plus courant au plus extravagant, du porte-clés à l’éléphant en taille réelle !

buterfly 1cc37ab1aef413048773039ad9f577c2 Elephantbeads

 

 

 

 

 

 

 

La conservation de ce savoir-faire unique est pourtant menacée en raison d’un fort exode rural au cours des dernières décennies, résultat des migrations forcées sous le régime de l’apartheid et des difficultés économiques dans les villages. Les jeunes filles sont contraintes de chercher du travail dans les villes, et émigrent vers les immenses townships dans lesquels elles cessent de travailler les perles.

L’Afrique raconte des histoires

Les bijoux sont plus que de simples objets. Ornements de la femme ou de l’homme, ils portent souvent en eux une signification, un message ou une émotion et peuvent être à la fois talismans, symboles, marqueurs sociaux, cadeaux, souvenirs.

love letter zouloue

Dans les tribus sud-africaines, les femmes tissent traditionnellement des messages à travers les parures de perles. Le choix des couleurs, les motifs, les formes utilisées sont autant de manières d’adresser des messages très variés. Ces ornements peuvent ainsi exprimer le statut social d’une personne, transmettre des déclarations d’amour ou des reproches à l’être aimé, ou tout simplement exprimer l’humeur du jour.

AMAHLÉ POUR QUE STYLE NE RIME PAS AVEC FUTILE

Un modèle de création original pour un design unique

Les bijoux Amahlé sont pensés comme un pont entre tradition et modernité. Nous voulons proposer des accessoires chics et urbains qui portent en eux une origine, une histoire et des valeurs. Nos créatrices parisiennes et nos artisans sud-africains ont collaboré pour créer des modèles qui s’appuient sur les méthodes traditionnelles de tissage tout en répondant aux attentes d’une clientèle internationale.

En apportant un regard nouveau à nos artisans, nous voulons leur donner l’accès à un marché international dont ils ne maîtrisent pas les codes tout en maintenant leur savoir-faire traditionnel.

C’est cette confrontation de points de vue et ces échanges créatifs qui nous permettent de proposer des pièces uniques et originales.

Des conditions de travail équitables

Nous sommes convaincues que la mode peut et doit être possible tout en offrant des conditions décentes de travail à ceux qui la produisent. C’est pourquoi nous travaillons avec des associations engagées localement et respectueuses des artisans et de leurs conditions de travail.

Nos artisans travaillent chez eux, dans leur village et selon leur propre organisation. La plupart d’entre eux forment eux-mêmes des membres de leur famille ou des amis pour les aider dans la production des commandes. Autonomes, ils participent ainsi au développement de leur communauté locale.

Nous souhaitons installer un mode de fonctionnement pérenne avec les associations et les artisans. L’activité que nous mettons en place en Afrique du Sud doit permettre d’assurer des revenus stables et réguliers à des femmes afin qu’elles puissent vivre de leur travail, perpétuer la tradition du tissage des perles, et continuer de vivre dans leur village auprès de leur famille.

Notre objectif est également de former sans cesse de nouveaux artisans aux standards de qualité et de finition du marché international pour leur permettre de développer leur activité économique.

IMG_7512

IMG_8242

 

 

 

 

 

 

Nous espérons que ce projet vous inspirera et que vous prendrez plaisir à découvrir l’ouvrage de nos artisans à chaque collection.

Vous partagez nos valeurs ? Vous souhaitez en savoir plus, échanger sur ce projet ou des démarches liées à la mode responsable ? Parlons-nous: contact@amahle.fr !

Bienvenue dans l’univers d’Amahlé !

Un soir de mars 2015, nous sommes deux amies dans un appartement parisien face à des petits bracelets de perles, des photos, des livres d’art africain et une idée. Cela fait des mois que nous y pensons et ce soir soir-là, nous décidons de nous lancer.

Nous avons une intuition : le continent africain regorge d’inspirations et de savoir-faire extrêmement riches mais trop peu connus et surtout trop peu mis en valeur.

Nous avons une conviction : quelles que soient les difficultés qu’une production en Afrique puissent représenter, nous voulons travailler main dans la main avec des artisans africains.

Et, par-dessus tout, nous avons une envie dévorante de nous lancer dans cette aventure : pour les rencontres, pour la découverte, pour le défi, pour le voyage, pour créer un projet qui a du sens et de l’impact.

Comme l’on choisirait un prénom pour un enfant, nous nous plongeons dans des lexiques de langue zouloue, la tribu la plus symbolique de l’Afrique du Sud. Amahlé, « ceux qui sont beaux », est née.

Un an plus tard, notre idée s’est concrétisée avec une première collection Ndebele que nous vous invitons à découvrir. Nous espérons qu’elle vous plaira et que vous prendrez plaisir à explorer notre univers. N’hésitez pas à nous écrire, nous serons heureuses de lire vos messages !

Carole & Chloé

iPhone photos au 08 oct 2015 471