En 2014, la youtubeuse Natoo sort une chanson centrée à la fois sur les licornes et les drogues. Elle se met en scène avec un déguisement de licorne. Évidemment, c’est un véritable Buzz et la vidéo est visionnée des millions de fois en seulement quelques jours. Autant dire que c’est assez normal puisque le thème est abordé de manière humoristique avec la présence d’effets psychédéliques. Internet s’emballe et les « kigurumi » de licorne deviennent très rapidement populaire entrainant ainsi une des ruptures de stock dans les magasins spécialisés. Mais ce phénomène est-il récent ? Comment a fait Natoo pour créer autant d’engouement autour de ce pyjama ? Les éléments de réponses ici.

Le kigurumi, une culture d’origine japonaise ?

Un simple pyjama comme déguisement

Les Japonais apprécient beaucoup les déguisements, d’ailleurs depuis le moyen âge, les célèbres Samouraïs portaient déjà des parures spéciales. Ils essayent d’imiter autant que possible les démons ainsi que les créatures légendaires afin de faire peur à l’ennemi. Cet intérêt au déguisement reste très important dans le monde nippon contemporain, pour s’en rendre compte, il suffit d’aller dans une convention dédiée aux mangas ou aux animés. On y retrouve forcément des concours de Cosplays qui sont suivis par des millions de personnes à travers la télévision.

C’est dans cette optique qu’est né le Kigurami qui signifie littéralement « s’habiller comme une peluche ». Les déguisements ont été vendus par la suite par de grandes marques dans les centres de loisirs. En raison de leurs conforts, on pouvait les porter comme un pyjama. Ce concept ne tardait pas à atteindre les autres pays grâce aux mangas et aux animés.

Diffusion chez les Occidentaux

Rapidement, cette mode nippone ne tardera pas à s’exporter à travers le monde entier. La société Disney a vite compris l’intérêt de ces déguisements. Ainsi, elles vendaient des Kigurami à l’effigie de ces personnages dans les parcs et dans les centres commerciaux. La machine était en route et les influenceurs suivaient rapidement la tendance.

Aussi, de nombreux youtubeurs anglophones commençaient à s’illustrer en portant des accoutrements anthropomorphes comme Logan Paul. C’est ainsi donc que le kigurami a fait son entrée dans la culture pop. Désormais, un Geek devrait avoir dans son armoire un déguisement douillet de son personnage préféré. Cette tendance ne tarde pas à venir en France, qui rappelons-le, est le deuxième pays consommateur de Manga au monde derrière le Japon.

La licorne est maintenant associé à un riche panel de produits « dérivés »

L’importance de la chanson de Natoo

Le choix de la licorne

Natoo a décidé de se déguiser en licorne dans sa chanson pour une simple et bonne raison : cet animal imaginaire est très populaire. En effet, dans la culture il s’agit d’un noble destrier dénué de défaut. D’ailleurs, cela est mis en avant dans la vidéo, car selon Natoo : « les licornes pètent des arcs-en-ciel et vomis des petits cœurs ». Cela signifie tout simplement que cet animal ne pouvait pas être répugnant même dans les cas extrêmes.

Ici, le ton est centré sur l’humour enfantin avec un air joyeux. Pas étonnant que la chanson bénéficie rapidement d’une grande popularité. À l’heure actuelle, c’est-à-dire en 2020, la vidéo compte 27 millions de vues sur YouTube, et cela risque encore d’augmenter. Selon les spécialistes de l’audiovisuel, tout a été fait pour que la vidéo soit le plus attirante possible. Après cette vidéo, beaucoup de personnalités d’Internet se sont également mises à faire des chansons en se déguisant en des personnages fictifs comme Norman et Squezzie dans la vidéo « Assassin des templiers ».

Une musique entrainante et créative

Une autre explication du succès de la chanson « Je suis une licorne » de Natoo réside dans la musique employée. Cette dernière est à la fois entrainante et captivante. Pour peu, on peut danser sans aucun problème. Avec un rythme mêlant du Funk, du RnB, de l’électro, la chanson a vite séduit les internautes. Les fans n’ont pas aussi manqué le clip très spécial où certains découvrent pour la première fois le concept de « kigurumi licorne ». La youtubeuse porte un pyjama de couleur verte en forme de licorne. D’ailleurs, la boutique La Boîte à Pyjama a consacré un article très complet à ce sujet. N’hésitez pas à lire cette analyse de la vidéo.

Les conséquences de la Chanson « Je suis une licorne »

La mise en avant des licornes

Après la chanson de Natoo, une chose est sûre : « les licornes étaient redevenues de véritables stars en France ». Cet animal mythique faisait son grand retour dans de nombreux domaines :

Autant dire qu’à chaque fois que l’on met une licorne sur un objet, ce dernier se vendait comme des petits pains. Les pros du marketing usent et abusent de cette popularité pour commercialiser tout et n’importe quoi. De plus, on constate que la tendance ne redescend pas, le public est toujours émerveillé face à cet animal imaginaire.

Allez, on vous la remet ici ! 👈

L’explosion des ventes de pyjama, de grenouillère et de combinaison licorne

Après la vidéo de Natoo, les ventes de kigurumis licornes ont explosé. C’est en partie grâce à l’influenceuse, mais il y a d’autres critères qui expliquent ce phénomène. On peut par exemple citer :

Conclusion

En résumé, Natoo a surfé sur la tendance des licornes, sa chanson a permis sans doute de rehausser encore un peu plus l’intérêt du public francophone sur cet animal imaginaire. Car il ne faut pas oublier qu’outre-Atlantique et au Japon, les geeks avaient déjà l’habitude de se déguiser en des animaux anthropomorphes.